Prédication de Stéphane Lavignotte du 24 janvier 2010.