Je fus vite charmé par la variété des événements qui s’y déroulaient. Les chants du culte protestant le dimanche matin nous ravissaient, certains semblaient à nos oreilles profanes sortis d’une scène de western. Cet après 68 fourmillait d’agitations les plus diverses, nous allions y voir des événements quelque peu historique. A l’époque, le pasteur Hedrich présidait aux destinées de la communauté. Un homme charmant qui m’a laissé le souvenir d’une personnalité pleine de vie et de sollicitude pour tous. Comme disait mon père, athée breton entêté : «Il donne envie de devenir protestant. » Ce n’était pas du prosélytisme mais un comportement qui suscitait l’empathie. Je me souviens très bien de la petite foule silencieuse et triste dans la cour et sous le bâtiment en février 1972, venue se recueillir autour de la dépouille de Pierre Overnay. La Maison Verte était le seul endroit qui avait accepté le corps. Le jeune gauchiste avait été abattu par un vigile des usines Renault. C’était le lancement de la R5 et Charly Hebdo en fit une couverture associant les deux événements. Quelle ne fut pas ma surprise un jour de janvier 1973 de croiser un personnage que j’entrevoyais écrivant à une table de café boulevard Saint Germain où je travaillais alors… Jean-Paul Sartre accompagné de quelqu’un qui allait devenir célèbre, Serge July. C’était pour une conférence de presse annonçant le lancement de Libération. L’histoire rejoignait l’histoire sous mes fenêtres. J’avais en effet découvert que le 129 avait été le lieu de résidence de Paul Féval. Ecrivain plutôt catholique et royaliste qui eut son heure de gloire et dont on se souvient principalement du Bossu. Depuis ces temps héroïques, j’ai vu sous mes fenêtres se poursuivre une oeuvre humaniste et importante. J’ai également appris à propos des 140 ans de son existence que cette maison avait eu des actions courageuses pendant certains événements tragiques de notre histoire récente. Je suis assez fier d’avoir des voisins comme ceux qui l’a font vivre actuellement et pérennisent ces comportements.

Dominique Lintaf, journaliste, est nouveau membre de CA de la Maison Verte