Formé à Polytechnique, Jean-Claude Ponsin a consacré sa vie à des valeurs que ne désavouerait pas La Maison Verte. Ingénieur au Brésil, qu’il quitte à cause de la corruption, engagé avec sa femme dans le soutien au Salvador dans les années difficiles, puis médecin, partant à Beyrouth en 1982 avec une ONG d’urgence, et médecin de quartier à la Goutte d’or en général, il a travaillé longtemps pour l’insertion.

Il a créé l’association Pilier d’angle, entreprise qui offrira une chance de retrouver une place dans la société à des cassés de la vie (alcooliques, sortants de prison...) par le biais d’activités diversifiées dans le bâtiment, la saisie sur ordinateur, l’imprimerie.

C’est à cause de tous les obstacles rencontrés dans cette action qu’il est parti faire la grève de la faim à La Maison Verte il y a quelques années. Il voulait protester, par là, contre l’opposition des pouvoirs publics à ses initiatives, opposition dont il soulignait que le résultat était plus coûteux (hôpital, etc.) que le financement des actions d’insertion. Il nous a quittés en juillet 2011.