Leurs membres, après avoir établi une unité de compte singularisant chaque association, échangent localement, hors des circuits habituels des transactions privées « marchandes », des services, des savoirs et des biens de nature très diverse. Ces groupes peuvent être inscrits dans l’ensemble des expériences alternatives et des expérimentations dites utopiques comme forme nouvelle de citoyenneté et d’apprentissage de la démocratie. Ils peuvent être pensés comme un outil de développement local ou de lutte contre l’exclusion. Ils peuvent être compris comme un moyen de développement personnel. Ils peuvent enfin être interprétés comme une forme de subsidiarité monétaire au moment où les Etats nationaux perdent leur pouvoir monétaire. Chaque membre a son vécu ; chaque SEL, ses spécificités. Plus de 300 systèmes d’échange local (SEL) existent aujourd’hui en France.

Source : SEL du Faubourg