Sagement assis en demi-cercle, ils font des signes bizarres avec leurs mains… Bienvenue au cours hebdomadaire de langue des signes française (LSF) de La Maison Verte, tous les vendredis de 17 h 30 à 20 h. Ils ont commencé en octobre, Hanna est leur prof. Pourquoi un cours de LSF ? La Maison Verte a développé des actions d’ouverture aux personnes sourdes et malentendantes, « mais si aucun des bénévoles ne connaît la LSF, le risque c’est que les personnes concernées restent dans leur coin et qu’on loupe l’objectif principal : la rencontre, l’inclusion », explique Stéphane Lavignotte, directeur et pasteur de LMV, qui suit lui-même le cours. La coordinatrice du cours de français pour les femmes étrangères, une bénévole de l’accueil, une autre de l’accompagnement scolaire y participent également. Les ont rejoints des membres de deux paroisses de l’Eglise réformée de France (ERF) qui participe au financement du cours, espérant que cela permette de commencer à sensibiliser les paroisses sur l’accueil des personnes sourdes et malentendantes. Cette année devrait être l’occasion d'un changement de braquet pour LMV : le ciné-club inclusif (également accessible aux aveugles et malvoyants) devrait commencer ce mois-ci et, dès janvier, le dernier culte du mois devrait être traduit en LSF. Sans compter le Kafé entendants sourds (KES) qui se tient depuis deux ans tous les mois un vendredi soir : des échanges entre sourds et entendants autour de plats africains, préparés par l’association Solidarité Nouvelle avec les Sourds du Cameroun.

MAGALIE LÉEN