L’association du 18 e Vergers urbains développe le concept de « ville comestible », où chaque espace vert a une utilité autre que d'être regardé, où chaque espace public laisse place à une appropriation collective et non exclusive, où les « délaissés » ne le sont plus et font l'objet d'une valorisation « comestible ». L’initiative est partie d’un constat : les villes ont perdu leurs liens non seulement avec la nature, mais aussi avec leur composante nourricière. Autrefois présents au cœur de la ville et à son pourtour, maraîchers et vergers se sont trouvés atteints par la pression immobilière. Il en résulte un paysage urbain artificialisé et une insécurité alimentaire accrue. Une des premières actions des militants a donc été d’imaginer un projet pour redonner place aux arbres fruitiers en ville : pommiers, poiriers, noisetiers, noyers... et les rendre accessibles à tous. Les jardins partagés joueront un rôle important dans les activités de l’association en servant de véritable pouponnière pour accueillir les jeunes plants d’arbre avant qu’ils ne soient replantés dans d’autres espaces verts.

www.villecomestible.org