Depuis novembre 2011, le Café Championnet a pris ses quartiers au 14-16 rue Georgette Agutte, dans le 18 e arrondissement. Tenu par une équipe de l’Établissement et service d'aide par le travail (Esat) Ménilmontant, il permet à sept jeunes atteints de troubles psychiques ou mentaux de se former aux métiers de la restauration tout en étant au contact du milieu ordinaire. « Nous sommes avant toute chose un atelier d'inclusion sociale », explique le responsable de l'équipe, Pierre Pochan. Le café est implanté sur le site de l'as- sociation Championnet, qui héberge sur place des activités culturelles (théâtre, arts plastiques, chorale...) et sportives (basket, tennis, musculation, danse...), tandis qu' un foyer de jeunes travailleurs accueille une centaine de résidents. « L'association Championnet voulait créer un lieu de vie pour ses adhérents et les jeunes, un lieu qui soit aussi ouvert sur l'extérieur et géré par un Esat », se souvient Pierre Pochan. Et l'Esat de Ménilmontant (le plus grand de Paris, qui accueille des ateliers de couture, conditionnement, artisanat...) avait justement le projet d'ouvrir un café restaurant solidaire pour élargir ses activités. Huit mois après l'inauguration du Café Championnet, le bilan d'étape est « très positif », constate Pierre Pochan. « Le contact avec le milieu ordinaire est bénéfique. Les travailleurs déve- loppent une confiance en soi et ils sont de plus en plus autonomes sur leurs tâches. » Une petite épicerie propose à la vente du vin, des terrines, du foie gras... tous produits par des Esat. Les clients peuvent bien sûr se restaurer (pizzas, croques, salades, planchas...) ou boire un verre. « L'idée est de monter en gamme progressivement », explique le responsable des lieux. Les travailleurs bénéficient ainsi de la venue d'un formateur deux fois par semaine : « A terme, ils pourront obtenir un certificat de qualification professionnelle d'agent de restauration et se présenter dans un restaurant ordinaire pour obtenir un emploi », ambitionne Pierre Pochan. Le Café Championnet développe des activités à l'attention de son public : « Nous proposons à des entreprises de privatiser le lieu pour organiser des séminaires de sensibilisation au han- dicap. » Des œuvres photographiques ou d'art plastique sont exposées, des concerts sont organisés. Une fois par mois, le café accueille des « goûters sonores ». Le dernier a dévoilé une recette de corolle de mascarpone et fruits rouges. Après le goûter, un compositeur italien a offert aux apprentis cuisiniers un concert réalisé à l'aide d'ustensiles de cuisine.

 JULIA PASCUAL

31.05.12.07.png