Vous jouez cette année, au théâtre de la Reine Blanche (18e), le spectacle Je veux apprendre. Pouvez-nous nous expliquer le principe de cette représentation ?

C’est un spectacle dansé et chanté par une vingtaine d’enfants de 7 à 17 ans. Les textes ont été écrits pendant des ateliers découverte par les élèves de l’école de la rue d’Oran, à partir de préoccupations qu’ils ont énoncées de façon ludique autour de la Convention internationale des droits de l’enfant. C’est un texte très fort, à partir duquel on pourrait faire des miracles ! On a travaillé trois ans sur les droits de l’enfant. La spécificité de nos spectacles, c’est que ce sont les enfants qui les écrivent – alors ça prend du temps. On a mis en place un système d’aller retour avec l’auteur compositeur Fabien Bouvier : il retravaille les textes, renvoie des pistes d’écriture et les chansons, et les textes de théâtre se dégagent de ce travail.

Le spectacle s’inscrit-il dans un projet éducatif plus large ?

La comédie musicale est un outil pédagogique parmi d’autres. A l’origine de l’association, créée en 1998, il y a l’idée d’aider les enfants en difficulté en leur donnant, en dehors de l’école, les clefs qui leur manquent pour réussir à l’intérieur de l’école. Là, ils sont éloignés de la culture scolaire, des codes qui n’ont pas cours dans leur milieu et qui sont liés au langage écrit. Pour ces enfants s’ajoute un contexte de pauvreté. Je travaille aujourd’hui à la Goutte d’Or mais jusqu’en 2003, j’enseignais dans une école classée ZEP (zone d’éducation prioritaire) à Belleville. Ici ou là-bas, les enfants sont dans des situations « insécures » liées à des problèmes d’emploi, de logement... L’association Les Serruriers magiques propose des activités d’expression qui donnent aux enfants l’envie d’apprendre à travers l’écriture, le chant, la danse, le théâtre, et l’objectif d’une réalisation commune. Mine de rien, on amène les enfants à fournir les efforts nécessaires à tout apprentissage : dans un même temps, ils vont réaliser que les règles liées à la création de la comédie musicale, même si elles sont contraignantes, permettent d’atteindre l’objectif ensemble, et qu’ils sont capables de beaucoup de choses.

28.3.12.05.png

Vous organisez également des séjours de vacances gratuits ?

On s’est rendu compte que les ateliers d’expression et les projets menés sur le long terme créaient des liens très forts entre les enfants, et entre les enfants et les adultes. Les enfants ont exprimé l’envie de poursuivre « les aventures » pendant les périodes de vacances. En juillet 2000, on a donc racheté une ferme près du Mans qu’on a restaurée pendant dix ans. On partait, toutes les vacances et même certains week-ends, avec une douzaine d’enfants et des bénévoles. Pendant les séjours, les matinées sont dédiées à des ateliers chantier, jardin ou cuisine. Tout est pensé en amont pour que l’on reste dans un cadre pédagogique : on donne aux enfants de vraies responsabilités à leur mesure, et on fait attention à ce qu’ils ne soient jamais mis en échec. L’après-midi, on part plus sur des activités récréatives : piscine, équitation, randonnée, chants... C’est un peu la maison des grandsparents qu’ils n’ont pas eus. On a vendu la ferme en 2010 : elle ne correspondait pas aux nouvelles normeseuropéennes, on était arrivés au bout de la restauration, et puis il y avait des champs en culture intensive tout autour, sur lesquels un tas de pesticides étaient déversés. On est à la recherche d’un nouveau lieu et, en attendant, on loue des gîtes de groupe.

Quels résultats avezvous pu observer après presque quinze ans d’activités ?

On a un très fort taux de réussite au niveau des comportements à l’intérieur des activités des Serruriers magiques. Le principal, c’est que le regard de l’enfant sur lui-même change. Il se découvre des capacités qu’il ne soupçonnait pas. Le regard du professeur à son égard change aussi, de même que celui des parents quand ils le découvrent sur scène. L’enfant prend davantage confiance en lui et cela lui permet d’améliorer ses résultats scolaires. De façon plus globale, nos spectacles changent aussi le regard des gens sur les enfants du quartier de la Goutte d’Or.

Propos recueillis par Julia Pascual

Pour en savoir plus : www.serruriersmagiques.com

28.3.12.06.png