Rien ne me prédestinait à être parmi vous ce soir. Rien ne me prédestinait à coordonner le soutien scolaire. Rien, si ce n’est un changement de trajectoire induit par des problèmes de santé dont les conséquences et les risques ne permettaient pas d’envisager une reprise du rythme et de la quantité de travail antérieur.

C’est dans ce contexte que le hasard m’a amenée à franchir la porte de La Maison Verte, en septembre 2009, hasard d’une conversation avec une amie du quartier qui connaissait une bénévole s’occupant du soutien scolaire. Hasard engendrant une réalité, après une conversation avec Stéphane qui m’a dit que le mieux était de venir voir comment se passaient les séances d’aide aux devoirs. En fait, il était plus intéressé par mon parcours administratif que par mon souhait d’aider les enfants à faire leurs devoirs à la sortie de l’école. Mais bon, le hasard a voulu qu’une petite Chinoise franchisse la porte pour la première fois et s’adresse à moi pendant que les bénévoles en place retrouvaient leurs « élèves ».

J’ai donc démarré le soutien scolaire lors de ma première visite et j’en suis « fort aise » comme dirait la fourmi de la fable. On dit que « le hasard fait bien les choses » et je le pense, car sans cela je ne serais pas ici. Mais est-ce bien le hasard ? Et le hasard ne serait il pas juste le panneau indiquant le chemin à prendre lorsque l’on est en quête « d’autre chose » ? N’est-ce pas la recherche « d’autre chose » qui pousse à regarder mieux ce panneau que j’appelle hasard ?

En réfléchissant à mon parcours, je me suis aperçue qu’à toutes les étapes essentielles, j’ai rencontré des personnes qui m’ont amenée à envisager des orientations différentes de celles qu’au départ je m’étais fixées. Et je constate qu’elles se sont toujours révélées positives à plus ou moins long terme. Alors le hasard prend un visage, un corps et de nouveaux contours se dessinent sur le chemin de la vie : une autre vie commence et pose des jalons sur les jours de la semaine. Si je n’avais pas suivi le panneau « Hasard » direction La Maison Verte, je ne serais pas là ce soir. Je ne vous aurais pas rencontrés, n’aurais pas côtoyé tous ces gens qui viennent ici, tous ces enfants chargés d’espérance d’une vie meilleure que celle qu’ont eue leurs parents. Je n’aurais pas pu partager et transmettre le savoir que j’ai eu la chance d’acquérir. Mais était-ce bien le hasard ? Je n’en suis pas certaine. Peut-être que, plutôt qu’un panneau de direction, le Hasard est l’étoile qui nous éclaire pour aller plus loin ?

Qu’en pensez-vous ?

Nicole Janssoone