Depuis tant d’années nous ne voyons pas la nécessité d’une reconnaissance publique, des autres, des amis, ni même de Dieu ! Nous vivons en couple, nous n’avons rien à cacher, rien à montrer, Dieu accorde sans cesse sa bénédiction.

Pendant les mois suivants, la question d’une bénédiction de vie de couple nous interpelle. Nous interrogeons le pasteur de notre paroisse Stéphane Lavignotte. Nous voilà embarqués dans l’aventure.

Une bénédiction ? Qui bénit, reçoit ? Bénir : dire du bien, accueillir le bien, remercier, reconnaitre que Dieu nous accompagne depuis 20 ans et à toujours.

L’aventure est commencée. C’est une expérience unique de dialogue à 3, un arrêt sur image, une relecture de notre histoire individuelle et de couple ; dans tout ça Dieu va s’inviter.

L’engagement dans ce travail est quotidien pendant 7 mois à côté de toutes les rencontres à 3 : étude de nombreux textes bibliques sur les thèmes de la bénédiction, du couple, de l’amour … Le travail est exigeant et passionnant. Ensuite seulement on peut penser, construire la célébration dont l’élaboration se fera à partir de notre vie et pas d’un rituel clé en main.

    Il est évident pour nous que cette bénédiction aura lieu dans notre communauté paroissiale, partie prenante du Centre social et culturel La Maison Verte, fraternité de la Mission Populaire, porteur des luttes pour la justice et contre tout racisme.

Concrètement, dans la célébration notre confession de foi de protestants prend en compte toutes les religions, philosophies et espérances humaines. La dimension interreligieuse est rendue par les amis juif, musulman, chrétien, athée qui lisent quelques richesses de leur texte « sacrés ». La musique et les chants : des amis, des membres de la communauté, tout simplement. Stéphane traduit dans sa prédication et la liturgie notre recherche commune. La bénédiction nous est donnée par nos témoins et Stéphane. Dans l’assemblée de nombreux pasteurs présents en robe pastorale témoignent ainsi leur solidarité, avec les amis et collègues de travail nous sommes une centaine. Les prêtres catholiques invités ont refusé de venir cautionner une soi-disant confusion avec leur théologie du mariage.

Nous avons le plaisir que la fête qui suit se déroule dans un autre lieu protestant « le Foyer de l’Ame », avec la dimension simple et spirituelle que nous voulions. Nous avons organisé une quête en faveur du Centre social « La Maison Verte », une collecte au-delà de nos prévisions, ce fut notre cadeau !

Ce jour reste dans nos vies un moment intense, spirituel, plein de gravité, de reconnaissance : un temps béni.


Pierre Valpreda & Christophe Brénugat         
metilene@free.fr