Créé il y a presque 20 ans dans le quartier de la Goutte d’Or, l’atelier musical des trois tambours, est né pour répondre à une demande de cours de musique dans le quartier « Très vite, on s’est aperçu que notre objectif n’était pas uniquement de donner des cours particuliers mais de partager nos expériences musicales en créant des spectacles et des concerts », explique Patrick Marty, fondateur de l’atelier musical avec sa femme Louise, tous deux anciens directeurs de conservatoire. Leur décision de créer une école de musique, répond à plusieurs souhaits : partager leur passion commune, leur savoir-faire pédagogique et surtout favoriser des rencontres entre les élèves. « Vous réunissez deux ou trois jeunes, vous leur faites jouer ensemble un morceau de musique et ils deviennent copains », constate Patrick Marty. L’école de musique est ouverte à tous, mais cible davantage les jeunes : « Ils sont plus réceptifs à notre manière d’enseigner et surtout plus disponibles que les adultes ». Patrick Marty ne cache pas son ambition de les faire devenir des musiciens amateurs de qualité. L’éveil musical démarre dès l’âge de 5 ans. Les cours sont organisés en petits groupes, une occasion de découvrir différents instruments de musique : guitare, harpe, mandoline, tambour, trompette... Ces formations sont suivies par des cours individuels qui enseignent la technique de l’instrument et le solfège. Pas d’examen à la clef, mais une exigence en terme de pratique musicale pour les rendre autonomes et leur donner le goût de la musique.

Spectacles, voyages

Spectacles, voyages, enregistrements... Les projets des trois tambours sont variés. « Ça crée une dynamique, les enfants sont motivés. Ils apprennent à jouer avec plaisir », s’enthousiasme Patrick Marty. Implantés dans le quartier populaire et cosmopolite de la Goutte d’Or, Patrick et Louise désirent faire de la musique « un moyen de diminuer les barrières sociales et culturelles ». Ils ont fait appel à des fondations pour financer les cours et les achats d’instruments. Un résultat très positif : « Les enfants ont radicalement changé, et il y a des répercussions positives sur leurs bul- letins scolaires. » L’opportunité aussi pour des parents d’origine étrangère de s’ouvrir à d’autres cultures, à travers la musique...

Des projets multiples et un été déjà bien chargé

Les Marty joueront au festival des Voix de la méditerranée du 16 au 23 juillet, à Lodève, dans le Larzac. Patrick est trompettiste et guitariste, sa femme Louise est chanteuse et joue de la harpe. Avec un répertoire musical très varié, « presque indéfi- nissable », dira le fondateur, allant du blues à la musique africaine en passant par la musique contempo- raine et la musique classique style Stravinsky. Ensuite, comme chaque été, début août, ils entraîneront une douzaine d’élèves âgés de huit à treize ans, durant quinze jours, pour monter un spectacle sur le thème « marion- nettes et musique ». Puis en route pour le Bénin, pour assurer la formation des professeurs de l’école de musique qu’ils ont créée à Cotonou. Un autre voyage est prévu pour le Cambodge. Avec la création d’une école de musique à Phnom Penh et un programme pour les enfants défavorisés. Les deux musiciens fondateurs n’ont pas hésité à créer une ligne de sacs à main, portant la marque « Les trois tambours », pour trouver des financements.
Nathalie Pollet

http://www.3tambours.com