Dans les années 1950, les anarchistes sont tiraillés entre « communistes libertaires » et « anarchistes ». Plusieurs Congrés de La Maison Verte - en décembre 1953 et mai 1955 - jouent un rôle important dans la relance de la Fédération anarchiste.

A la fin des années 1960 s'y réunissent les réunions des comités Vietnam : en mars 1968, un groupe attaque La Maison Verte avec des chaines et des barres de fer alors que s'y se déroule une réunion du comité Vietnam national, brisant la vitrine de la rue Diard et de nombreuses vitres, mais la bagarre est évitée.

Le mercredi 27 octobre 1971, Ben Ali Djellali, quinze ans et demi, d’origine algérienne, est abattu d’une balle dans la nuque, à la suite d’une altercation, par le concierge de son immeuble, rue de la Goutte d’Or. Ce fait divers déclenche dans les semaines qui suivent une mobilisation inédite sur la situation des travailleurs immigrés. Plusieurs manifestations sont organisées pour dénoncer le crime raciste dont le jeune homme a été victime. L’organisation maoïste, le Secours Rouge du 18e, décide de mener une enquête sur cet événement dont l’agence de presse Libération, dirigée par Maurice Clavel, rend compte, début novembre, mettant en évidence que ce crime est l’œuvre de la campagne d’« intoxication raciste lancée par des forces politiques. » (Le Parisien libéré est dénoncé comme ayant alimenté un climat raciste).

Michel Foucault décide, de son côté, de créer une commission d’enquête sur les conditions de vie dans le quartier. Un comité Djellali, qui regroupe notamment les philosophe Gilles Deleuze et Michel Foucault ; les écrivains Jean Genet, Claude Mauriac ; le pasteur de La Maison Verte Charly Hédrich, se réunie à la salle de patronage de l’église Saint-Bruno et à La Maison Verte. Jean-Paul Sartre se joint au groupe. C'est à La Maison Verte que se rencontrent pour la première fois Jean-Paul Sartre et Michel Foucault.

"Paris, samedi 27 novembre 1971.Jean Genet, non rasé, le poil blanc et très dru. Michel Foucault. Et, dans cette salle de la rue Marcadet où nous nous réunissons, vers quatorze heures, pour mettre au point les derniers détails de la manifestation, l'arrivée d'un petit homme, vieilli, discret et qui ne dira presque rien : Jean-Paul Sartre. Il s'asseoit en face de moi qui suis entre Genet et Foucault. Ai-je mal vu, mal compris, mais il me semble qu'on les présente l'un à l'autre, qu'ils se voient pour la première fois, Jean-Paul Sartre et Michel Foucault..." Claude Mauriac, Et comme l'espérance est violente, Grasset, 1976