C’est Michèle Rust qui l’animait à l’époque. Elle a permis de faire connaître le tango argentin à Paris, au milieu de la danse contemporaine qu’elle côtoyait en tant que danseuse et chorégraphe. C’est donc une personne importante dans le renouveau du tango et de son institutionnalisation en France. Aujourd’hui, elle vit dans le sud de la France. Mais c’est aussi grâce à La Maison verte qui se fit la permanence de cette pratique renouvelée du tango argentin en France [1].
J’ai personnellement découvert le tango à La Maison verte à cette période en 1993. J’avais alors 14 ans. Depuis ce jour, je n’ai jamais arrêté de danser et je suis devenue moi-même danseuse de tango argentin. A 17 ans, je me suis trouvée engagée dans la seule compagnie argentine basée en France à l’époque. Ensuite, j’ai créé ma propre association Mordida de tango, aux côtés de Miguel Gabis, danseur argentin que j’ai, lui aussi, rencontré à La Maison verte…
Mordida de tango est une association qui s’est donnée pour but d’explorer et de faire connaître l’univers du tango sous toutes ses formes : danse, musique, culture, poésie, cinéma. Même si Mordida intervient en province et à l’étranger, l’association s’est implantée en 2000 dans le 18e arrondissement de Paris, par souci de proximité et d’action locale. Elle a fêté ses dix ans les 24-25 avril 2010 au centre musical Barbara de la Goutte d’Or à l'occasion de son Festival Vertige tango et a accueilli plus de cinq cents personnes pour l'événement.

Dès sa création, Mordida a réinvesti très vite la Maison verte afin de faire perdurer cette tradition du tango argentin dans le 18e. Elle y propose des cours réguliers tous les mardis et tous les jeudis. Mordida assure également des pratiques, des bals, des stages de tango argentin dans d’autres lieux du quartier. Les deux premières éditions du Festival Vertige tango ont eu lieu à La Maison verte, avec comme toujours conférences, initiation au tango argentin, bal, etc.

Mordida de tango [2]
Par ailleurs, l’association organise aussi un grand stage de fin d’année le dernier week-end de juin. La mise en place d’un atelier chorégraphique avec les élèves se conclut chaque année par un spectacle présenté autour de La Ultima Noche qui clôt la saison. La création 2010 du spectacle Tu danses ? a connu plusieurs représentations : université de Jussieu, juin 2010 ; théâtre de Montreuil, juillet 2010 ; kiosque du square de Clignancourt, organisé par la mairie du 18e, septembre 2010.
Mordida est la première association sur Paris qui forme des danseurs à
l'enseignement. Depuis 2004, les danseurs formés à la philosophie et la pédagogie de Mordida enseignent en son sein, ce qui a produit une véritable équipe.

Mordida est une communauté connue aussi pour sa convivialité. Dans cette perspective, une équipe d'accompagnateurs et/ou enseignants accueille les nouveaux venus et les élèves sont intégrés à des événementiels, des interventions de rue, des spectacles vivants. Chaque année, Charlotte et Miguel proposent à leurs élèves un voyage à Buenos Aires.
Tous ces éléments participent à la création de ce qui s'est nommé au fil du temps « l'esprit Mordida » : au-delà d’un apprentissage technique et d’une réelle attention portée à la rigueur de l’enseignement, il s’inscrit dans l’invention d’un être ensemble autour d’une culture commune.

Histoire du tango
De la tradition tango, Mordida retient en effet son origine : création populaire liée historiquement au déracinement des immigrés arrivant à la Boca, surgie d’un contexte de brassage humain, ethnique, culturel et sexuel, le tango est le produit d’un métissage et l’invention de l’improvisation en danse de couple.

Investie de cet héritage et accompagnant son évolution dans l’espace et le temps, Mordida développe des espaces de réflexion et de création, des échanges et des rencontres avec d’autres formes artistiques afin d’explorer les possibilités infinies de cette danse entrelacée et de son univers artistique. L’édition de La Morsure déchaînée [3], revue intellectuelle autour du tango, rend compte aussi de cette recherche. L'association met à disposition sa bibliothèque : elle dispose de plus de deux cents titres seulement sur le tango.

Une danse sociale
N’oubliant pas que le tango est aussi une danse sociale, Mordida de tango privilégie également les interventions aussi bien pour les adultes que pour les jeunes travaillant le rapport à la socialité qu’implique l’apprentissage de cette danse : rapport à l’autre, rapport au corps, rapport au groupe, inscription du sujet dans la scène sociale et dans un univers culturel, exploration des codes dans un jeu incessant de respect et d’inventivité.
Elle intervient ainsi dans les écoles, collèges et lycée.
Bénéficiant d’une capacité d’intervention et/ou de programmation, et grâce à son expérience et à la transversalité de son réseau, Mordida répond à la demande de différents organismes : établissements scolaires, municipalités, entreprises, centres culturels, théâtres, associations, compagnies, sociétés de production, etc., pour des prestations classiques ou expérimentales assurées par des professionnels du spectacle et des artistes - initiations, animations, conférences illustrées, performances, démonstrations, spectacles, soirées, concerts…
La tradition du tango argentin à La Maison verte a encore de belles années devant elle et des explorations encore inattendues à produire…

Charlotte Hess  www.charlottehess.fr
[1] Pour cette histoire du tango à La Maison verte dans ces années, je vous conseille les journaux publiés de l’anthropologue Remi Hess. Remi Hess, Le Moment tango, Paris, Anthropos, 1997, 300 p. et Remi Hess, Les Tangomaniaques, Paris, Anthropos, 1998, 320 p. La Maison verte apparaît aussi dans le célèbre Que sais-je ? sur le sujet écrit par le même auteur : Remi Hess, Le Tango, Paris, Presses universitaires de France, Que sais-je ?, 1996, seconde édition 1999; trad. italienne 1997, japonnaise 1998, turque 2007.  [2] Pour plus d’information sur Mordida de tango : www.mordidadetango.com  [3] www.lamorsuredechainee.com

MORDIDA ORGANISE UN STAGE D’INITIATION : Samedi 22 et dimanche 23 janvier 2011 avec Charlotte Hess et Miguel Gabis. Samedi 8 février : de 17h30 à 20h30 Dimanche 9 février: de 14h30 à 17h30 Studio Rockland – 133, rue Championnet – 75018 Paris. Le stage est destiné à des personnes qui n’ont encore jamais pratiqué le tango argentin. Il vous permet ainsi de rattraper le premier trimestre de cours afin de réintégrer les cours réguliers, si vous le désirez.