18 mai à 20:00
« Des religieux s’engagent contre les LGBTphobies, d’autres peuvent les rejoindre ! »
Avec : Louis-Georges TIN coordinateur de l’IDAHO, Directeur du dictionnaire de l’homophobie ; Stéphane Lavignotte Pasteur de La Mission populaire de la Maison verte (Paris 18e), membre du Carrefour de chrétiens inclusifs, auteur de "Au-delà du lesbien et du mâle, la théologie queer d’Elizabeth Stuart" (Editions Van Dieren) ; Ludovic Lotfi Mohamed Zahed président de HM2F -Homosexuels et musulmans de France - ; Martine Gross, ingénieure de recherche en sciences sociales au CNRS, auteure de « l’homoparentalité, idées reçues », le cavalier Bleu, 2009 et de plusieurs articles sur le thème religion et homosexualité, notamment Les rabbins français et l’homoparentalité, discours et attitudes, archives en sciences sociales des religions, 2007, membre du Beit Haverim ; Quentin Dezetter de David & Jonathan ;

Et sous réserve : Delphine Horvilleur (Rabbine progressiste), Ghaleb Bencheikh de la Conférence mondiale des religions pour la paix, Abdellah Taia, écrivain...

Le scandale de la pédophilie dans l'Eglise catholique semble s'être un peu calmé. Il s'était terminé sur un sommet : le numéro 2 du Vatican confondant allégrement pédophilie et homosexualité, ajoutant donc le scandale de l'homophobie à celui de la pédophilie, pour reprendre le titre d'un communiqué de presse de l'association David et Jonathan.

Mais si le scandale ne fait plus la une des médias, le scandale continue. Celui de la pédophilie mais aussi celui de l'homophobie dans les églises chrétiennes et les religions en général.

C'est ce que montre un livre noir, gris, blanc sur l'homophobie religieuse qui vient d'être publié à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie qui aura cette année les religions comme thème. On y lit toute une série de témoignages qui décrivent des comportements homophobes dans les églises catholiques, luthéro-réformées et évangéliques.

Cela commence par l'impossibilité de confier à qui que ce soit – prêtre, pasteur... - son homosexualité, se voir rejeté quand on le fait, et cela est particulièrement violent quand on est un ado ou un jeune. Le refus des sacrements notamment le baptême et l'absolution. Bien sûr, il y a les refus de prises de responsabilité, pas seulement comme prêtre ou pasteur, mais aussi comme laïc. Enfin, les tentatives d'exorcisme, de faire disparaître l'homosexualité par l'exorcisme ou la violence pure comme lors de la journée mondiale contre le Sida ou des jeunes catholiques d'extreme droite ont interrompus une soirée de prière au cri de « pas de gays dans nos églises », en jetant oeufs et boules puantes.

On pourrait rajouter ce qui se passe dans certains pays du sud : les pogroms de croyants fanatisés qui lynchent des homos, des religieux qui soutiennent des législations condamnant à la prison ou à mort les homosexuels, législations appliquées en Afrique ou en Iran.

La question n'est pas de savoir ce que pensent les églises de l'homosexualité mais ce qu'elles pensent de l'homophobie. Acceptent-elles les rejets, les violences verbales, psychologiques, physiques contre les personnes en raison de leur homosexualité ? Quatre intellectuels protestants, catholiques, juifs et musulmans, dont Olivier Abel et Jean-Claude Guillebaud ont appelé les églises à prendre clairement position contre l'homophobie.

Lundi 17 mai, lors d'un colloque à l'assemblée nationale organisé par les associations et le Ministère de l'intérieur et des cultes, les représentants de cultes pourront répondre.

On espère que notamment Claude Baty et André Vingt Trois viendront et diront haut et fort que l'homophobie n'est pas un comportement qui peut se revendiquer du cheminement dans les pas de Jésus, du message d'amour de l'évangile, et plus généralement, des religions comme lien de civilisation entre les humains.