« Maman, on peut se mettre au fond comme la dernière fois ? » C’est aujourd’hui la première du spectacle pour enfants Motordu. Vous savez, ce héros né de la plume de Pef et qui déforme les mots. Le pauvre prince de Motordu se plaint qu’il a pâle au ventre et se retrouve à l’hôpital pour une opération de lapin-dixhuîtres. Une heure de bonheur assurée, aussi bien pour les enfants que pour les parents !

Un gravier dans une chaussure

Que tout le monde s’amuse : c’est bien l’objectif que se sont fixé Julien Héteau et Sandra Everro, codirecteurs et propriétaires du théâtre du Funambule, rue des Saules, à deux pas de La Maison Verte. Le jeune couple a repris le théâtre il y a trois ans et demi. Comédiens, ils cherchaient une salle pour jouer. Ils ont fini par acheter. Au-dessus de la salle de cent places se trouvent la régie et le bureau. Les locaux ressemblent à un appartement aménagé. Dans le bureau, des affiches partout, des dossiers, deux ordinateurs. « Vous m’excuserez, le téléphone risque de sonner lors de notre rencontre », prévient Julien. Une énergie débordante se dégage de cet ancien pâtissier loquace, à l’allure décontractée et néanmoins assurée. Il a réalisé son rêve d’enfant : après avoir suivi le cours Viriot, place de Clichy, où il a rencontré Sandra, il est devenu comédien. En quatre saisons, le couple a su instaurer un style propre, combinant liberté d’expression et création, s’inscrivant dans une démarche non élitiste. En dehors des spectacles pour enfants, le lieu propose aux adultes des comédies qui traitent de sujets de société. « Nous sommes favorables aux spectacles qui défendent des idées, explique Julien. Notre démarche est philosophique plutôt que politique. Nous aimons les spectacles riches d’une nouvelle idée. Nous cherchons à mettre un gravier dans une chaussure. » La programmation propose actuellement une moyenne de vingt-deux représentations par semaine, avec une salle remplie à moitié en général.

Indépendance de ton

« Nous cherchons à nous ancrer dans le quartier, à créer du lien. Des places sont offertes pour la tombola des écoles du quartier. En juin, la salle est mise à la disposition d’associations du 18e. Une carte d’abonnement de 10 euros donne droit à 30 % de réduction. » Julien ne cesse de répondre au téléphone pour donner un renseignement, noter une réservation. Sa voix accueillante invite à participer à son aventure. « Nous travaillons beaucoup, mais c’est un choix. C’est sans doute la peur du vide. » Le couple est très vigilant sur sa programmation. Il auditionne les compagnies après avoir sélectionné le projet sur dossier. Actuellement, il produit le spectacle Brassens, Brel, Ferré, créé au Funambule et qui se joue au Café de la gare jusqu’en juin. Les recettes des spectacles et la location de la salle suffisent à les faire vivre, garantissant ainsi leur indépendance de ton et leur exigence de qualité. Jeunes troupes et acteurs confirmés se croisent dans ce théâtre, qui défend une réputation acquise en vingt-trois ans d’existence. Et si vous voulez connaître la suite de lisse poire, rendez-vous au T-âtre du fût n’en bulle.Vous ne pourrez pas le rater : au coing d’une rue, la FA Sade est roux-je.

Caroline Langlois

Le spectacle Motordu se joue les mercredis et samedis jusqu’au 14 avril

Théâtre du Funambule 53, rue des Saules - 75018 Paris. Tél. : 01 42 23 88 83. www.funambule-montmartre.com