Julia - « Dès ma retraite, j’ai voulu me rendre utile. Je voulais transmettre mon goût de la langue française aux enfants. Après une maîtrise en lettres modernes à la Sorbonne, je suis devenue professeure de français pour le collège et le lycée. Un métier que j’ai exercé tardivement, après avoir suivi mon mari à l’étranger, où sont nés mes deux fils. J’apprécie la confiance dont nous bénéficions à La Maison Verte. Nous accueillons tous les enfants, quelle que soit leur confession, pratiquants ou non d’ailleurs. L’important est d’aider les collégiens qui rencontrent des difficultés scolaires. Je les aide aussi en espagnol, une langue que je maîtrise assez bien, ma mère étant espagnole. Il faut savoir donner un coup de main ici et là car nous manquons de bénévoles. »


soutien_scolaire3.JPG

Odile - « J’ai toujours beaucoup soutenu mes trois enfants. Alors pour moi, aider les écoliers qui ne peuvent être épaulés par leurs parents me semble un juste retour des choses. Lorsque je me suis retrouvée à la retraite, il y a trois ans, après avoir exercée le métier d’infirmière, j’ai acheté le petit livre Être bénévole à Paris. J’ai choisi La Maison Verte car j’apprécie sa structure de taille humaine. Habitant à Dammartin, près de l’aéroport de Roissy, je souhaitais trouver un lieu situé à proximité de la gare du Nord. Je viens deux fois par semaine et je donne aussi des cours d’alphabétisation aux parents immigrés. »

Recueilli par N. P.