Dans les années 1980, la reconnaissance du ministère d'un pasteur allemand homosexuel a été célébrée ici. Avant que je n'arrive en 2006, un travail a été mené avec Présence 75, une association de chrétiens gays et lesbiens. Il y avait même déjà eu une célébration à l'occasion de la Marche des fiertés. L'engagement sur les questions LGBT est une des dimensions qui m'ont donné envie de venir ici.

En quoi cet engagement est important à vos yeux ?

L'Eglise doit accueillir tout le monde et en particulier ceux qui sont mis de côté, notamment pour des questions de moralité. En France, l'Eglise réformée dit que les homos ont leur place, mais refuse de bénir leur union ou de les faire pasteurs. J'ai béni l'union de deux hommes en février dernier. C'était une première à l'échelle de la Fédération protestante. Ça a donné lieu à un débat au sein de la MPEF, qui s'est donné deux ans de réflexion, pendant lesquels les pasteurs sont autorisés à faire des célébrations liturgiques.

Quelles sont les autres actions menées aujourd'hui ?

On s'engage sur la journée contre l'homophobie, la journée contre le Sida, la Marche des fiertés. On travaille avec des associations croyantes ou non, comme David et Jonathan, Devenir un en Christ, Communion Bethanie ou Tjenbe Red. On souhaite que le public LGBT n'ait pas cette image homophobe de l'évangile. On affiche des positions, on tente d'agir sur les causes, on s'engage politiquement. Et puis il y a le moins visible, dans chaque culte ou chaque échange, on veille à ce que ce message d'accueil existe.

Recueilli par J.P.

(1) Le Centre du Christ libérateur est une église protestante fondée par le pasteur Joseph Doucé dans les années 1970. C’est une des seules églises françaises à bénir des unions de personnes du même sexe.