« Je note que par le mot Mission nous voulons signifier un envoi, c'est-à-dire que ce que nous faisons, nous ne le faisons pas de notre propre chef. Nous le faisons, j’allais presque dire, sous la contrainte, en fait par obéissance. C’est vrai, si nous nous écoutions, nous resterions tranquilles chez nous, égoïstement repliés sur nous-mêmes. Mais voilà, nous sommes envoyés vers des hommes et des femmes qui ont besoin que leur soit manifestée un peu de fraternité. Nous sommes envoyés au sein d’un monde qui a besoin d’institutions empreintes de civilités, plus justes et plus fraternelles.
Et puis dans cette mission nous ne nous sommes pas choisis, nous sommes envoyés parce que nous avons été appelés, chacun par notre nom. Nous sommes ensemble du fait de cet appel, parce que, et c’est cela être une Eglise, nous ne sommes pas un syndicat uni par de légitimes revendications, nous ne sommes pas un club nostalgique d’un passé révolu, nous ne sommes pas une bande de copains ayant des affinités, un groupe d’intérêts économiques etc. Nous ne sommes rien sinon le mystère d’un cheminement commun que nous avons été appelés à faire pour que d’autres s’y mettent aussi. Ce que nous avons reçu, nous avons à le partager. Alors ce chemin, cet envoi, cette Mission nous devons la vivre sous une triple injonction : Nous pouvons oser regarder qui nous sommes, où en est notre institution, sans nous voiler la face, sans nostalgie, sans faux espoirs, sans complaisance, mais aussi sans esprit de flagellation. Nous devons aussi demeurer dans l’espérance, c’est la deuxième injonction : le socle inaltérable de l’appel et de l’envoi nous maintiendra debout ; Eglise issue de la Réforme nous ne craignons pas de toujours nous réformer. Et puis c’est dans la fraternité toujours renouvelée que nous partageons ce chemin de lucidité et d’espérance. Pas une fraternité à bon marché, pas une fraternité affichée comme une incantation mais la vraie fraternité, celle qui coûte, ainsi que le disait Dietrich Bonhoeffer au sujet de la Grâce : la Fraternité qui coûte parce qu’elle est exigeante, elle n’est pas le temps d’une émotion ou d’un sentimentalisme mièvre, elle est le don, bien embarrassant de frères, que je n’ai pas choisis mais qui, comme toi, comme moi, comme nous tous ont été appelés à faire route ensemble. »

Pasteur Jean-Pierre Rives

Mieux se connaître à La Maison Verte

Affluence record à l’assemblée générale du 26 mars 2009
Une participation en hausse par rapport à l’an dernier : première satisfaction de cette assemblée générale qui s’est tenue le 26 mars dernier. Un nouveau président, Adrien Sekali, déjà bien connu de tous, et qui remercie son prédécesseur pour le passage de relais dans la continuité. Une année 2008 très difficile, avec la perte de 38000€ de subventions de postes d’adultes-relais, mais nous avons fait face, et repensé l’accompagnement personnalisé à la réalisation de projets personnels et professionnels avec un nouveau financement. Un nouveau trésorier, Bruno Ehrmann, au travail déjà depuis des mois, qui présente le budget 2009, serré, à l’équilibre.
Un rapport d’activités de Stéphane : foisonnant ! Les fondamentales ( Solidarité par le vêtement, ASL, accompagnement scolaire…) fonctionnent bien, l’accueil s’étoffe. Vers les jeunes, les séjours d’été et le scoutisme se consolident, le projet de ciné-club ouvert aux mal-entendants et mal-voyants prend corps… entre autres ! Les trois rapports sont expliqués, discutés. Pour mieux se connaître entre bénévoles et accueillis des divers secteurs, l’idée est lancée d’un « trombinoscope » constitué avec le concours des jeunes. Élection de 2 nouveaux membres au Conseil, renouvellement des mandats des anciens, parole donnée aux invités de la Mission Populaire viennent compléter cette Assemblée statutaire. C’est ensuite un débat bien vivant qui est engagé autour de la question : « Vivre ensemble : comment améliorer la communication et renforcer les relations à la Maison Verte », où les cinq groupes de travail débouchent sur 5 propositions, qu’il va falloir creuser. Et , comme chez Astérix, tout se termine par un repas chaleureux !

Bernard Serres

  • Trois des projets proposés lors de l’AG pour mieux se connaître sont en route : l’exposition des artistes de « la maison », plus de repas en commun, des randonnées à la campagne. RDV à la rentrée !