Il est dix heures. July, Céline, Francis, Khaled, Raphaël, Anne-Claire, Emmanuelle et Svenja, se réunissent autour d’un café. Le jeudi, les huit volontaires de l’association Unis Cités (voir note ci-dessous, ndlr) s’occupent de l’animation auprès des Sans Domicile Fixe. Début de matinée : point sur l’organisation et la répartition des tâches. Trois d’entre eux iront faire « la maraude ». « Les sans-abri ne viennent pas spontanément, il faut aller à leur rencontre», précise Raphaël, diplômé ingénieur informatique.

Le reste de l’équipe assure les préparatifs pour l’animation qui a lieu l’après-midi et se charge de faire une annonce aux personnes arrivées pour le vestiaire. Une trentaine sont déjà là. Ils attendent patiemment leur tour pour aller chercher leurs vêtements. Si tous sont dans la précarité, certains n’ont carrément pas de logement fixe. Khaled, qui plus tard souhaite être médiateur, adopte une stratégie : « Il vaut mieux discuter avec eux par petits groupes plutôt que de faire une annonce à la cantonade. Ils se sentiront plus en confiance ». Pendant ce temps, Raphaël, Francis et July longent la rue Marcadet et débouchent sur trois tentes dressées en plein milieu du trottoir. Un homme en short et baskets, plutôt du genre costaud, reconnaît la petite troupe : « Ne m’encerclez pas, j’ai besoin d’espace, s’exclame-t-il d’une voix forte. Ne faites pas comme la Croix Rouge. Quand ils se mettent devant moi, on dirait qu’on est en état d’arrestation».

A deux ou trois pour les maraudes

Grand éclat de rire général, l’atmosphère se détend. L’homme aperçoit un bloc notes et demande qu’on le lui prête : « Rassurez vous, je ne vais pas vous écrire une lettre d’amour, moi, un ancien taulard ! », dit-il en provoquant. Et il commence à dessiner son copain Dédé qui vient de sortir de sa tente. Le troisième, Abraham, dort encore. July, étudiante dans le secteur social, donne une idée : « Et si vous veniez nous apprendre le dessin ? » Notre dessinateur répond qu’il préfère plutôt le théâtre. Puis, il prétexte une urgence pour aller à la douche et dit qu’il passera tout à l’heure.

Sur la place Jules Joffrin, près de la bouche de métro, un groupe de sept ou huit hommes discutent, certains avec la bouteille d’alcool à la main. « Pas toujours facile de les aborder, surtout pour nous les filles », confie July. « Nous partons toujours à deux ou trois pour les maraudes », explique Raphaël qui se propose d’y aller en éclaireur. Un dialogue s’engage, ça se passe bien.

Repas chauds, douches, vestiaires…

Quelques-uns semblent intéressés. Francis, bachelier en électronique, leur distribue un petit tract indiquant le lieu du rendez-vous. Puis, le groupe leur conseille d’aller voir « Madame Boulay », près de l’Eglise, qui accueille du monde. Ils arrivent dans une grande salle paroissiale. Une petite dame brune, au regard vif, les accueille chaleureusement : « Vous trouvez ici tout ce dont un homme a besoin pour repartir. Repas chauds, douches, vestiaires… » Déjà, une quarantaine de personnes se sont installées pour le repas. Emballée par le dévouement des trois jeunes, Madame Boulay propose que l’un d’entre eux fasse une annonce au micro. « Un bon moyen de faire connaître la Maison Verte », dit-elle. Après quelques hésitations, Raphaël, courageux, se lance. Applaudissements de la salle, encouragée par la responsable, qui propose aux jeunes de rester déjeuner. Mais il est déjà 13 h 30, juste le temps de rejoindre l’équipe pour l’animation.

Partager des bons moments

A la Maison Verte, c’est l’effervescence. Aujourd’hui, nouvelle distraction, lancement du ciné-club. Dès l’ouverture, cinq hommes débarquent pour regarder la vidéo. Un autre s’affale sur le matelas et ronfle tellement fort que le dialogue du film est à peine audible ! Dans la grande salle à côté, un petit buffet est proposé. Michel vient souvent, c’est un bon joueur de tarot. Trois jeunes, Khaleb, Emma-nuelle et Céline, se réunissent autour de lui. La partie est sérieuse, ponctuée de silences tendus et de cris d’exclamation. Sur la table d’à côté, ambiance plutôt studieuse avec le scrabble. Pierre se gratte la tête nerveusement en cherchant ses mots. Anne-Claire et Svenja, volontaires et récentes bachelières, l’aident à placer ses jetons, tandis que Raphaël discute à bâtons rompus avec un « habitué ».
Finalement, aucun de ceux rencontrés le matin ne sont venus. « Mais ils peuvent débarquer la semaine d’après ou dans quinze jours, constate Christine, salariée de la Maison Verte. C’est tout un travail de faire venir les sans-abri. Les jeunes font un bon boulot. Si ça marche, des bénévoles prendront le relais ! »

Nathalie Pollet


K2.jpg

Une confrontation parfois difficile

« Apprendre à travailler avec des publics en difficulté, c’est une expérience humaine très riche », constate Arnaud Walbeck, responsable du recrutement des volontaires. « Serrer la main à un SDF, c’est aussi dépasser ses peurs… » Les jeunes découvrent que ce n’est pas toujours facile d’aller à leur rencontre : « ça vous remet en cause tout le temps, dit Khaled. Il faut réussir à construire un rapport de confiance avec eux ». Une professionnelle de la Croix Rouge est intervenue pour les aider au début. Pour Raphaël, ce n’était pas utile : « Pas besoin de formation, c’est du bon sens ! D’ailleurs, elle nous a dit d’y aller avec son cœur… ». Et pourtant, lui aussi avoue que la confrontation est difficile : « Ce n’est pas si facile que ça d’aller vers des personnes qui souffrent. Je pense qu’il faut être super humble et adopter un comportement normal, juste proposer et ensuite écouter ». Anne-Claire et Céline, appréhendaient aussi les contacts mais elles sont surprises en bien et disent avoir gagner confiance en elles. Svenja, une jeune volontaire allemande, se sent utile quand elle voit leur sourire. « Pour aider une personne à sortir de la rue, un soutien matériel ne suffit pas, explique Stéphane Lavignotte, directeur de la Maison Verte, il faut multiplier les occasions de rencontre et de dialogue pour faire bouger les choses. » Fin mars, une journée de visite est organisée au musée du Louvre pour une quinzaine d’entre eux, à l’aide des volontaires. Une nouvelle occasion d’échanger et de grandir de part et d’autres.


K1.jpg

VIP ou Volontaires In Paris !

C’est le nom de l’équipe, choisi par les volontaires d’Unis Cité à la Maison Verte. La douzième promotion en Ile de France. Créée en 1995, Unis Cité permet aux jeunes de 18 à 25 ans de consacrer une période de leur vie à mener diverses actions de solidarité et de citoyenneté. Ils réalisent un service civil volontaire, dont le statut a été reconnu par l’Etat. Les VIP (Volontaires In Paris) ont choisi d’être disponibles pendant neuf mois. Ils viennent de tous horizons. La plupart sont étudiants, certain(e)s ont « décroché ». Ils ont en commun le désir de se rendre utile et de vivre une expérience nouvelle qui leur permettra aussi de mieux se connaître. Leur projet a démarré début octobre 2006, alternant formation et actions. Le lundi, journée de sensibilisation à la citoyenneté : visites d’associations, conférences et réflexion sur leurs projet d’avenir. Le reste de la semaine, ils ont deux projets par intermittence pour des durées de six à neuf mois selon les contrats. Au 1er trimestre, ils ont fait de l’accompagnement scolaire et ont créé un petit spectacle pour les enfants. Puis, les mardi et mercredi, ils ont visité des personnes âgées et handicapées. Le reste de la semaine, ils étaient à la Maison Verte.