Pendant que Stéphane Lavignotte, son Pasteur, participait à la rencontre nationale des équipiers de la Mission populaire à Nantes, la communauté était rassemblée autour d’Herbert pour le culte dominical qui nous invitait à  réfléchir à  la multiplication des pains et des poissons, et nous rappelait que chacun peut donner un peu, et que compter sur les autres c’était d’abord compter sur nous-mêmes. Il insistait sur la notion de désert communautaire et personnel sur laquelle il nous a beaucoup interpellés..où sont nos déserts? Quand nous enfermons-nous dans nos déserts ? Comment les faire refleurir pour nous et les autres? Savons-nous accueillir les gens qui ont le sentiment d'être dans le désert ?

A 17h, après la présentation de LMV et de ses activités par Herbert,  nous avons eu la projection annoncée du film réalisé par Christophe Nick, « la Résistance », la cache des enfants juifs pendant la guerre». Stéphane nous avait rejoints. Cette projection suivie du Kaddish de Ravel que Pascal nous a interprété avec beaucoup d’émotion fut particulièrement émouvant. Pascal a invité les  membres du petit groupe vocal de la Maison verte (à vocation inter-religieuse)  et l'assistance, à  reprendre avec lui le chant yiddish "oyfn pripetshik" dont les copies avaient été distribuées et ce fut un grand moment pour tous, et en particulier pour  les amis de la communauté juive qui étaient venus à  son invitation (plusieurs mailing et relances qui nous ont assuré un auditoire de qualité).
Après une courte pause où nous avons apprécié le thé à  la menthe d’Adrien, le débat fut introduit par le réalisateur lui-même, et par un équipier de la Cimade, Jerôme Martinez, animé par Stéphane et les intervenants. Nous avons eu l'heureuse surprise de voir y participer Pierre Joussellin, Jacques Walter qui était éclaireur pendant la guerre avec Jean Jousselin à La Maison verte, et Simon Lewkowiez qui fut un des enfants juifs cachés par Jean Joussellin et son équipe pendant la guerre.
Débat riche et controversé, difficile à recentrer, mais où chacun a pu revivre ce morceau d’histoire, la famille Joussellin  mais aussi des familles qui savaient ce qu’être caché veut dire. Parallèle avec la situation actuelle de la Cimade qui ne sait pas si elle aura encore accès aux  centres de rétention, ce qui remet en question une grosse partie de son activité. S’il n’est plus possible de protéger les gens contre les expulsions abusives, et malgré l'action de la Cimade, 25000 personnes ont déjà été expulsées, qu’adviendra-t-il avec une structure morcelée ? diviser pour régner, c’était déjà la devise de Louis XIV...

Nancy