pasteur2.JPG Cliquez ici pour écouter la conférence, ou par clic droit : enregistrer la cible, pour l'enregistrer sur votre ordinateur. Débat présenté par Jean-Loup Othenin-Girard.

Laurent Gagnebin a évoqué pour nous la figure de Wilfred Monod, père de Théodore Monod, qui fut un des pionniers de cette collaboration et de ce dialogue entre croyants et athées.

Commençant son ministère en Normandie, Monod est frappé par les ravages de l'alcool et il a rapidement la conviction que l'évangile ne doit pas seulement être annoncé mais mis en pratique par la solidarité avec les plus en difficulté : c'est cela pour lui être un chrétien pratiquant. Il dénonce – reprenant ce qui s'exprime alors chez Marx – l'aliénation religieuse, les discours de la droite catholique et de certains protestants pour qui la religion est le moyen de faire accepter aux pauvres leur situation. Il se dit athée de cette vision là de Dieu.

Pour autant, s'il prend au sérieux les questions des athées, Wilfred Monod n'a pas encore renoncé à l'objectif de les convertir par l'action sociale. Ce tournant là – rencontrer l'autre plutôt que vouloir le convertir, comme nous le vivons à La Maison Verte - ne sera pris que des années plus tard. Mais Monod aura amorcé le tournant majeur donnant naissance au Christianisme social : mieux vaut servir Jésus (faire le bien) sans l'annoncer que de l'annoncer sans le servir.

Stéphane Lavignotte, Pasteur