C’est tout d’abord la volonté affirmée par le ministre de l’Immigration, de l’Intégration et de l’Identité nationale, comme par les membres de sa majorité, de réduire l’immigration familiale au profit d’une immigration économique. "Si nous comprenons le souhait du gouvernement de mieux adapter l’immigration aux besoins et à la capacité d’accueil du pays, il ne nous paraît ni convenable ni conforme à nos valeurs chrétiennes de vouloir contingenter l’exercice du droit des étrangers à vivre avec leur famille". La FPF craint que les mesures envisagées "viennent encore plus fragiliser des milliers de familles déjà en difficulté". Quant à introduire un test génétique aux fins de vérification ou d’authentification des membres d’une famille, la FPF se déclare "choquée" par l'"intrusion dans la vie privée et l’intimité des familles" qu'elle représente. Tout comme il est choquant, dit le communiqué, de constater que la représentation nationale accepterait une telle intrusion dans la vie des familles étrangères alors qu’elle le prohibe à l’égard des familles françaises. La FPF s'élève aussi contre la réduction de moitié du délai de recours auprès de la commission des recours des réfugiés . Une mesure dont la portée concrète risque fort de réduire drastiquement "un droit d’appel essentiel pour des réfugiés qui ont fui et sollicitent la protection de la France". Nous ne pouvons oublier, rappelle la FPF, "la promesse que l’État nous avait faite, en avril 2006, de ne pas modifier négativement ce délai". Quant à l’amendement qui prévoit d’exclure les personnes sans papiers des structures d’hébergement d’urgence, elle est également contestée par la FPF . Les risques de fragilisation accrue des familles étrangères et des demandeurs d’asile ne peuvent laisser les chrétiens sans réaction. C’est pourquoi, affirme la FPF, nous invitons les parlementaires à porter, dans leurs débats et votes à venir, la plus grande attention au respect que chaque personne et chaque famille pourront recevoir du fait des mesures qu’ils s’apprêtent à adopter. La Fédération protestante de France invite, quant à elle, les Églises membres de la Fédération protestante et les mouvements qui leur sont proches à veiller aux conditions d’accueil, de protection et d’accompagnement des migrants. Et promet qu'elle "s’attachera à ce que les valeurs d’humanité, de confiance et d’intégration, prédominent dans notre pays, dans un contexte souvent marqué par la méfiance". Des membres des Fraternités de Grenelle, Maison Verte et Picoulet ont participé aux manifestations de ces dernières semaines organisées contre le projet de loi par le collectif Unis contre l'immigration jetable (UCIJ).