Nous avons appris sa mort avec plusieurs mois de retard, c’est pourquoi nous rendons hommage à cette habituée de la maison verte. Nous la connaissions pour son action dans le soutien scolaire, ainsi que pour un très fidèle et très dévoué accompagnement musical des cultes. Pour lui faire mémoire, voici quelques mots qui me viennent à l’esprit : Dignité, simplicité, gentillesse, culture, sens du service, et classe aussi. Ce n’est pas seulement une « gentille vieille dame » que beaucoup ont apprécié, “qui est partie“. Elle reste, par sa vivacité, son humour, sa culture et son talent musical ancrée dans nos esprits. Je me souviens, au début de ma fréquentation de la MV, de cette dame qui “accusait“ l’orgue électronique de ne pas être juste sur certains accords ! Je l’ai, sur le moment, bien entendu prise pour une folle… et une dizaine d’années plus tard, j’ai appris que cela était tout à fait le cas ( les cordes d’un piano s’influencent les unes les autres et corrigent le phénomène suivant les tonalités). J’étais finalement l’idiot. Elle aimait terriblement JS Bach, “Tout se tient dans Bach, on ne peut rien enlever“… et était très agacée par F.Chopin. Elle exprimait ces sentiments avec vigueur, et le vocabulaire d’une personne très bien élevée, bien sûr. Elle parlait facilement de sa vie, sans amertume, sans fierté déplacée. Ce recul et cette acceptation de la vie sont précisément un modèle de richesse. Son absence est, pour moi, comme les mains suspendues du pianiste après une phrase musicale : un silence habité. Jacques Vérot, président de La Maison Verte