Le fossé se creuse en matière de bien-être, de démocratie et de paix civile entre les pays développés et les autres. Beaucoup de jeunes dans les pays non développés n’ont d’autre avenir que de partir et de tenter leur chance ailleurs. Les conflits ethniques et les guerres jettent sur les routes des familles entières, des nourrissons jusqu’aux vieillards. Ce triste état du monde alimente en Occident la peur d’un déferlement incontrôlé d’étrangers. Pour satisfaire la partie la plus conservatrice de leur électorat, les gouvernants ferment les voies légales aux personnes qui cherchent à fuir des situations insupportables, et les demandes d’asile se multiplient. De plus en plus de personnes risquent leur vie pour rejoindre l’Europe, apportant par là une terrible et involontaire confirmation aux images d’un flux impossible à endiguer. Réfugié ou non, clandestin ou non, l’étranger est ressenti comme une menace pour l’économie, pour la culture, pour les traditions religieuses.

Quelle est la part de légitimité et quelle est la part de fantasme dans ce sentiment ? Comment la foi en Jésus-Christ interfère-t-elle sur la question de l’étranger ? Depuis le début de l’humanité, les populations ont été amenées à se déplacer, pour fuir la famine ou la guerre, ou pour trouver des régions plus hospitalières. La Bible porte la trace de ces migrations : les fils d’Israël eux-mêmes ont dû se réfugier en Égypte ou ont été emmenés de force à Babylone. Voilà pourquoi les auteurs bibliques ont développé à propos de l’étranger une attitude tout à fait originale et novatrice dans le contexte de l’époque, où la xénophobie était souvent érigée en religion. Malgré l’exigence forte donnée à Israël de ne pas se laisser influencer par les croyances des peuples étrangers, la Bible présente l’accueil de l’étranger comme un impératif. De façon surprenante, elle montre que Dieu se préoccupe en priorité des sans-droits : les veuves, les orphelins, les étrangers. Elle commande même de les aimer. Quelle provocation pour nous, au moment où l’Europe ferme ses frontières et où les étrangers y subissent humiliation sur humiliation ! Pour préparer le dossier de la Semaine de la Bible 2006, l’Alliance biblique française s’est associée avec la Cimade, une association œcuménique qui travaille depuis plus de 60 ans avec les réfugiés et les étrangers. Ensemble, les deux organisations souhaitent apporter aux chrétiens de France des éléments de réflexion sur cette question au cœur de l’actualité.

''Bernard Coyault, secrétaire général de l’Alliance biblique''

Mode d’emploi : L’Alliance biblique a réalisé un dossier avec des documents pour – en groupe ou individuellement – réfléchir sur le statut des étrangers dans la bible et même des canevas de prédication. Sur son site peuvent aussi être téléchargés des documents de la Cimade.

Alliance biblique française B.P. 47 F-95400 Villiers-le-Bel

Tél. : 01 39 94 50 51 Fax. : 01 39 90 53 51

Internet : www.la-bible.net

CCP : PA 241085E

Des textes pour réfléchir…

Quel est le statut de l’étranger ? Dieu aime l’étranger Deutéronome 10.12-22 ; 24.17-22 ; Plus étranger, mais de la maison de Dieu éphésiens 2.11-22

Tous humains, donc tous frères Tous nés à Sion Psaume 87 ; étrangers et voyageurs Hébreux 11.13-16

Semblables, mais différents Un modèle d’intégration Ruth 1–4 ; Le communautarisme est-il bon ou mauvais ? 2 Corinthiens 6.1–7.1

Riches ou pauvres, mais graciés Un étranger guéri 2 Rois 5.1-19 ; Une étrangère exaucée par Jésus Matthieu 15.21

Textes dans l’épopée d’Abraham Abraham étranger en Egypte Gen. 12,10 à 12,20 ; Abraham et les étrangers Melchisédek Gen. 14 ; Abimeleh Gen. 20-21-22