http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_mouvement_libertaire_en_France_des_origines_%C3%A0_1967

Suite au congrès de Paris mai 53, la FA se transforme en Fédération communiste libertaire (FCL) par un vote majoritaire de 71 mandats contre 61. (Les autres noms proposés étant « Parti communiste anarchiste » et « Parti communiste libertaire » !) La crise a cependant fortement affaibli l'organisation, car la FCL ne regroupe qu'environ 130 à 160 militants. Du 25 au 27 décembre 1953 se tient à Paris le congrès de la Maison verte (Montmartre), organise la reconstruction de la Fédération anarchiste (organisation synthésiste) à partir des groupes exclus et d'anciens militants ayant quitté la FA les années précédentes au vu des pratiques jugées « léninistes » des communistes libertaires.

L'Entente anarchiste se dissout et ses militants intègrent la nouvelle FA. Des principes de base sont rédigés de façon à regrouper le plus grand nombre d'anarchistes, toutes tendances confondues. Un pari difficile à tenir, car Maurice Joyeux, initiateur de cette FA reconstituée, est obligé de faire des compromis avec les anarchistes individualistes de l'Entente. Il en résulte un mode de fonctionnement que Joyeux jugeait « impossible » : la prise de décision à l'unanimité, chaque membre de la FA disposant d'un droit de veto sur toute orientation de la FA. 1953 est aussi l'année de parution du Manifeste du communisme libertaire de la FCL.

Un deuxième congrès a lieu en mai 1955 à La Maison Verte : raforum.apinc.org/IMG/rtf/Guerin_Cedric.Anar1950-70.rtf -

"Le congrès de la Maison verte en mai 1955 relance le débat sur l'orientation du mouvement : l'heure n'est plus à la reconstruction et c'est Joyeux et Lanen qui préviennent les militants : " La FA est en train de crever de vieillissement ; on ne recrute pas, pourquoi ?" "