COMMUNIQUE DE PRESSE COLLECTIF DES 1000 DE CACHAN

APPEL A RASSEMBLEMENT

Nous sommes près de 1000 personnes (hommes, femmes, enfants) à habiter depuis avril 2003 dans un bâtiment vétuste et dégradé de la cité universitaire de Cachan, faute d‚avoir un logement. La plupart d‚origine africaine, en situation de précarité, nous ne voulons créer aucune nuisance pour le voisinage, ni pour les pouvoirs publics. Nous souhaitons simplement être logés de façon durable et décente et pour certains d'entre nous, obtenir un titre de séjour. Depuis le mois de mai 2004, notre expulsion par les forces de police est sans cesse envisagée. Mais grâce à notre désir d'intégration, à notre mobilisation et à de nombreux soutiens, nous avons obtenu jusqu‚à aujourd‚hui un report provisoire de cette mesure. Jusqu‚à quand ? Pour continuer notre lutte nous avons toujours et encore besoin de soutiens.

Le mercredi 26 juillet 2006 nous organisons un rassemblement devant la sous-préfecture de l'Haye-les-Roses.Le départ se fera à 14 heures au bâtiment F, 64, rue Camille Desmoulins ˆ 94230 CACHAN. De 22 heures à l Œaube une nuit de la solidarité sera organisée au bâtiment F.

Collectif des 1000 de CachanBâtiment F64, rue Camille Desmoulins ˆ 94230 CACHAN contact : Fidele nitiema : 06 15 66 48 02


COURRIER DE SOUTIEN DES PASTEURS et PRETRES de CACHAN AU PREFET DU VAL DE MARNE

M Le Préfet,

Le bâtiment F du Crous de Cachan, autrefois destiné aux logements étudiants, est occupé par plusieurs centaines de personnes, qui vivent dans des conditions particulièrement difficiles ; par ailleurs la plupart sont en situation irrégulière. Il y a là entre autres des couples avec des enfants, dont certains sont nés dans ce lieu. Beaucoup y résident depuis trois ans et ils ont tissé des relations chaleureuses et des liens de solidarité avec la population locale, les étudiants, avec les associations et les autorités. Particulièrement soucieux du sort malheureux de ces personnes, les représentants des Eglises catholiques et réformées soussignées se sont réunies aujourd‚hui pour proposer leur médiation et pour qu‚une solution soit trouvée par la négociation. Dans le respect de la dignité et du droit. Quand des femmes, des hommes et des enfants sont dans la détresse, les Eglises souffrent, elles s‚inquiètent.

Nous sommes conscients des devoirs qui vous incombent, Monsieur le Préfet, dans le cadre de la loi, et nous pensons que notre médiation peut permettre de rétablir le dialogue et d‚arriver à une solution équitable. Nous souhaitons éviter le pire, sachant qu‚une expulsion ne résoudrait d‚aucune manière les problèmes, elle ne ferait que les aggraver. C‚est pourquoi, nous sollicitons, Monsieur le préfet, un entretien. Restant à votre disposition, nous vous transmettons, Monsieur le Préfet, l‚expression de notre plus haute considération.

Père Marc LULLE Curé de Cachan Responsable du secteur Val de Bièvre Ambroise BAYO Diacre chargé des Migrants Secteur Val de Bièvre Henri FROGET Diacre chargé de la Solidarité et de la Charité Secteur Val de Bièvre Pasteur Philippe KABONGO-MBAYA Eglise Réformée de Robinson Pasteur François Clavairoly Eglise réformée du Saint Esprit - Paris 8ème