Premier rendez-vous de l'année de la cafetière : mardi 3 octobre 20h30 à La Maison Verte. Ouvert à toutes et tous !


Les grands exposés de grands spécialistes vous fatiguent ? Moi, au contraire j’aime bien, mais je vous comprend. Quand ils déblatèrent vous vous trouvez bête ? Alors là, moi aussi, mais ça me fait du bien qu’on me rabatte de temps en temps (pas trop souvent) mon égo. En tous cas, il y a une autre manière de réfléchir que celle-là, je ne la connaissais pas, je l’ai rencontré et j’ai adoré : la Cafetière. La cafetière c’est comme un super goûter où tout le monde amène, les uns du thé ou du café – plus ou moins fort - d’autres des gâteaux – plus ou moins réussis – et certains juste leur fraise. L'an dernier ça ressemblait à cela au Foyer de Grenelle (mais cette année, ça a aussi lieu à La Maison Verte) : une fois par mois, des personnes se sont réunies. Le thème était " modes et modèles ". Plusieurs sont allés voir une exposition sur l’histoire du costume masculin et nous l’ont raconté. Un autre nous a projeté un DVD – " Qui êtes vous Polly Maggoo ? " de William Klein – et on a discuté de l’image que cela donnait de la mode. On a eu des exposés avec des questions plus sérieuses qu’il n’y paraît – L’humain a-t-il commencé à s’habiller parce qu’il perdait ses poils ou l’inverse – et lu des textes du Proche-Orient ancien où un demi-dieu à moitié bête sauvage se faisait déniaiser par une prostitué et grâce à cela se mettait à manger du pain, de la bière, s’habiller et tombait amoureux d’un autre demi-dieu. Bref, à être civilisé. Puis, entre le 8 et le 10 janvier, on a retrouvé d’autres membres des Fraternités de la Mission populaire évangélique près de Montbeliard, là où est née la Cafetière, avec les Equipes ouvrières protestantes. On a donc commencé par remplir un " garde-manger " : tout le monde a dit les exposés ou animations qu’il proposait aux autres. Ça allait de l’exposé de 5 minutes de la grand-mère qui voulait offrir sa réflexion sur cet internet qui mobilise ses petits-enfants, à l’animation biblique proposée par un animateur biblique régional, en passant par la visite* d’une église catho construite par des artistes contemporains des années 50 (notamment Fernand Léger), des lectures d’articles ou d’extraits de bouquins suivis de débats, et une kyrielle de petits ou grands exposés sur les fringues du christ, l’image des femmes dans l’ancien testament, l’histoire de la mode, le sens de la carricature etc. Certains n’ont rien exposé mais donné – ou non ! – leur avis. De chacun suivant ses moyens (et ses envies !) à chacun selon ses besoins (et ses couriosités). Le tout a été rythmé par des repas très succulents préparés par des habitants du village et des soirées tarot (j’ai appris à y jouer !) arrosés d’eau de vie locale… Ça recommencera l’an prochain, c’est pas triste, enrichissant intellectuellement et humainement. Et c’est ouvert à vous si ça vous tente !

Stéphane Lavignotte

  • certains en ont profité pour faire une heure de marche dans la campagne franc-comtoise pour y aller